SUD Astek, section syndicale Solidaires Informatique chez Groupe Astek

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - répression syndicale

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 10 novembre 2016

Bonne nouvelle : le droit de manifester existe toujours dans notre pays !

La direction d'Astek et M. Platano auront pourtant tout essayé pour intimider les salariés qui manifestaient à Astek Sud-Est en 2013 : menaces de licenciement, procès, appel...

lundi 2 février 2015

Groupe Astek : quel avenir ?

Individuellement, les pressions et abus d'autorité continuent pour les affectations en missions, la mobilité, la gestion des congés, la sortie forcée des effectifs. Cette année, un tiers seulement de l'effectif a été augmenté. Et les inégalités perdurent, que ce soient sur les rémunérations, l'accès à la formation, les augmentations, les promotions, les frais de repas et déplacement...

Depuis 2010, d'étranges provisions pour des factures de SLTP International - société unipersonnelle de Franck Platano, notre Directeur Général -, pour un total de 7 millions d'euros, sont enregistrées dans les comptes et sont donc dues par Astek Sud-Est. Par ailleurs, au cours des 4 dernières années, l'actionnaire Jean-Luc Bernard a ainsi remonté à sa holding 35 millions € du groupe Astek, via des dividendes, facturations et réductions de capital.

Et la direction s'acharne sur les représentants du personnel "gêneurs"...

Lire notre communiqué complet : (PDF, 2 pages, FR)
Groupe Astek : quel avenir ?.

Avenir sombre pour le Groupe Astek ; caricature avec Galvaudon, Platane et Laberne

vendredi 19 décembre 2014

À Groupe Astek, un système managérial qui méprise les employés.

Quand un directeur général s'acharne sur un salarié...

En mars 2013, 170 salariés manifestaient devant leur société, Astek Sud-Est, en présence de la presse écrite, radio et télévisée. Deux mois plus tard, le directeur général attaquait le représentant syndical Solidaires Informatique pour injure publique. Après une condamnation en 1ère instance, ce dernier a été relaxé en appel. Mais le patron s'acharne et va en cassation.

Télécharger le communiqué de presse complet : (PDF, 2 pages, FR)
Un système managérial qui méprise les employés - Quand un directeur général s'acharne sur un salarié..

jeudi 16 octobre 2014

Liberté syndicale et répression judiciaire

La liberté syndicale face à la répression judiciaire

Tout le monde se souvient du mouvement social inédit à Sophia, lorsque nous nous étions rassemblé-e-s afin de dénoncer les pratiques mise en place par Franck Platano.

Les quelques 170 personnes présentes dénonçaient tant les pratiques managériales brutales d'une direction autoritaire qu'un vol à la participation. Des rappels de salaires étaient également demandés pour certains salariés payés en-dessous des minimas conventionnels ou ayant subi un décalage de début de leur contrat de travail.

Le syndicat national Solidaires Informatique appelle à un rassemblement en soutien à Mathieu, salarié condamné en première instance pour « injure publique », suite à des propos tenus collectivement, lors du mouvement de grève du 21 mars 2013 !

Le rassemblement citoyen et militant se tiendra devant le palais de justice d'Aix-en-Provence, lundi 20 octobre, à 14h.

Lire le communiqué de presse intégral :
Liberté syndicale face à la répression judiciaire (PDF, 1 page, 100 Ko)

mardi 10 décembre 2013

Franco Platano continue son action répressive...

FRANCO PLATANO poursuit la répression

Vendredi 29 novembre avait lieu, au Tribunal de Grasse, l’audience de plaidoirie des deux représentants du personnel, Mathieu et Éric, poursuivis par le patron d'Astek Sud-Est suite au mouvement de grève du 21 mars dernier.

Continuons à nous défendre collectivement !

Notre communiqué expose l'analyse de notre section sur cette action judiciaire déplorable et dresse un aperçu des suites de celle-ci :

Notre communiqué : Franco Platano poursuit la répression (PDF, 2 pages, 121 Ko).

vendredi 22 novembre 2013

Gérer ses salarié-e-s sans les mettre dehors !

Gérer ses salariés sans les mettre dehors !

À Astek Sud-Est, les licenciements se suivent et se ressemblent. Motifs similaires, délais très rapprochés, griefs ridicules voire inexistants, parfois l'employeur se sent obligé de proposer une transaction... et à chaque fois, un fait certain : une fin de mission chez le client.

Suite aux manifestations, grèves, interpellations publiques d'élu-e-s de la république, de demandes de rencontre par la sous-préfecture et la direction départementale du travail, un affolement avait été constaté à la tête de l'entreprise. Démission du président-actionnaire de son mandat, promesse du recrutement imminent d'un nouveau directeur général adjoint, rencontres du nouveau président avec l'ensemble des représentant-e-s du personnel...

Et puis, rien, ou si peu : une nouvelle opération totalement grotesque où l'on demandait à des salarié-e-s de démissionner pour les ré-emchaucher sous contrat étranger avait été annulée. On s'en réjouit évidemment, mais sur le fond, rien n'a bougé. Le personnel de structure devrait encore être renforcé, formé ; une réelle organisation devrait être mise en place, avec une connaissance des salarié-e-s, de leur parcours, de leur savoirs-faire ; les écouter, comprendre leurs attentes et leurs souhaits, les faire évoluer...

Et puis la répression continue. Oui les licenciements prévus contre deux représentants du personnel inquiétés par la direction avaient été abandonnés ; puisque rien n'était possible pour la direction, dans le cadre d'une grève licite, très suivie, par les salarié-e-s et pas les médias. Mais la répression continue au correctionnel. Vendredi 29 novembre, dans le cadre d'une procédure judiciaire "d'injure publique", nos deux représentants devront se défendre d'avoir scandé, avec 170 autres salarié-e-s, "Platano Escroc" devant l'entreprise et la télévision, le 21 mars dernier.

Parmi la trentaine de médias qui suivent le combat des salarié-e-s d'Astek, le journal Le Monde s'est penché tout particulièrement sur cette procédure judiciaire très contestable.
Peut-on clamer publiquement que son patron est un escroc ?

Une grande manifestation citoyenne de soutien est organisée pour le 29 novembre matin, avant la plaidoirie, devant le Tribunal de Grande Instance de Grasse.
Voici notre tract en français/anglais : (PDF, FR+EN, 140 Ko)
Gérer ses salariés sans les mettre dehors ! / Manage its employees without leaving them behind!.

Manifestation contre actionnaire confisquateur et direction répressive

jeudi 5 septembre 2013

Mobilisation du 3 septembre

Double rassemblement du 3 septembre, Boulogne et Sophia Antipolis.

Un grand merci aux salarié-e-s venu-e-s soutenir les deux représentants du personnel convoqués ce jour au Tribunal de Grande Instance de Grasse. Journée peu pratique, en pleine rentrée, et avec une information communiquée durant les vacances ; qui plus est dans un contexte répressif de la part de la direction.

Le communiqué de la section SUD Astek : (PDF, 1 page, 230 Ko)
Des salarié-e-s toujours mobilisé-e-s face à une direction invisible mais agressive

Lire aussi :
- La dépêche AFP-Liaisons sociales du 17 septembre :
  Direction et syndicats d'Astek Sud-Est s'empoignent sur la participation
- L'article du journal Le Monde du 4 septembre :
  Peut-on clamer publiquement que son patron est un escroc ?
- L'article du journal Nice Matin du 10 septembre :
  La situtation de plus en plus tendue chez Astek Sophia Antipolis

mardi 2 juillet 2013

Soutien politiques, actions des services de l'Etat

Mobilisations et répression : Soutien des politiques, Actions des services de l’État

Platane a temporairement écarté le dialogue social et présente une requête à la justice... laquelle semble avoir un certain nombre de dossiers le concernant ou la société qu'il dirige.

Au bilan de nos quatre journées de mobilisations : plus de 250 personnes se sont déplacées pour manifester leur mécontentement. 59 salarié-e-s ont fait grève au moins une fois, pour un total de 46 jours de grève posés (JINT).

La procédure de licenciement concernant deux représentants du personnel (dont le porte-parole de SUD Astek) a été abandonnée ; par contre ils sont poursuivis par le directeur général au correctionnel !

Nos luttes ont obtenu le soutien d'un grand nombre d'élu-e-s politiques qui appellent à un dialogue social chez Astek Sud-Est :
Marc DAUNIS, Sénateur-Maire de Valbonne.
Jean LEONETTI, Président de la Communauté d'Agglomération de Sophia-Antipolis (CASA).
Noël ALBIN, Francis TUJAGUE, Jacques VICTOR, Conseillers Généraux communistes des Alpes-Maritimes.
Gérard PIEL, Conseiller Régional de la région Provence Alpes Côte d'Azur.
Michel VAUZELLE, Président du Conseil Régional Provence Alpes Côte d'Azur.
Arnaud MONTEBOURG, Ministre du Redressement productif.

Lire notre communiqué : (2 PDF, 3 pages FR / EN, 510 Ko)
Soutien des politiques, Actions des services de l’État (FR).
Political support, Actions from government services (EN).

Courriers, déclarations et motions de soutien :

vendredi 14 juin 2013

Vers une sortie du conflit ?

« Vers une sortie de la crise sociale ? »

Rassemblement jeudi 13 juin 2013 devant le siège d'Astek Sud-Est, Sophia Antipolis (06)

Bravo et merci à toutes et tous nos collègues qui ont manifesté, ont pris la parole et se sont mis-es en grève aujourd'hui encore, pour montrer que leur détermination reste intacte malgré les manœuvres d'intimidation de la direction, mais aussi pour soutenir leurs représentants du personnel inquiétés. Il y avait moins de monde que les fois précédentes au rassemblement, peut-être ; mais le nombre de grévistes, lui, a augmenté !

Rappelons que cette mobilisation s'est tenue dans un climat social très dur, puisque les trois mobilisations, de mars et avril 2013, avaient donné lieu à deux entretiens préalables à licenciement pour deux de nos collègues représentants du personnel.

En réunion mensuelle des délégué-e-s du personnel, le représentant de la direction a laissé entendre que la délégation serait prochainement reçue par M. Phulpin, cette fois avec des pouvoirs réels et prêt à prendre des engagements fermes pour trouver une solution à ce conflit qui inquiète la direction, mais aussi les clients.

Des news très bientôt !

Télécharger le Communiqué de la section SUD Astek du 13 juin 2013 (PDF, 2 pages FR+EN, 460 Ko).

Ce matin, dans le journal : article Nice Matin... et sur les kiosque : affiche Nice Matin

vendredi 7 juin 2013

Fiche "La grève : un droit, une protection."

Fiche technique : « La grève : un droit, une protection. »

miniature

La grève est une une cessation collective, concertée et totale du travail en vue de présenter à l'employeur des revendications professionnelles (définie par la cour de cassation) ; certes, mais comment l'utiliser ? pourquoi ? quels sont les risques ?

Vous saurez tout, ou presque :) en lisant notre 1ère fiche technique bilingue !

Si cette information arrive maintenant, c'est que M Platano a jugé bon de tenter de licencier deux représentants du personnel suite aux mouvements de grève de mars et avril derniers... mais il s'est finalement ravisé en abandonnant malgré lui cette piste honteuse.

Les salarié-e-s ont finalement décidé de se mobiliser de nouveau pour porter leurs revendications qui n'ont toujours pas été entendues, en y ajoutant un arrêt immédiat de toute répression suite aux mobilisations.

A quand le dialogue social à Astek Sud-Est ?

Télécharger la fiche technique « La grève : un droit, une protection. » / « Strike: a right, a protection. » (PDF, 2 page FR+EN, 190 Ko)

lundi 27 mai 2013

Répression syndicale à Astek Sud-Est !

Menaces de licenciement pour deux représentants du personnel !

Les deux entretiens préalables annoncés se sont déroulés ce matin. Les deux DP ont eu confirmation des motifs qu'ils suspectaient : le grief unique concernait la journée du 21 mars dernier, où 170 salarié-e-s s'étaient réuni-e-s devant leur agence au Drakkar. Les salarié-e-s avaient attendu en vain M Platano. Après des appels fournis restés sans réponse, avait finalement fusé des cris de colère, dont un "Platano, escroc !" qui a été repris par la foule rassemblée.

Plusieurs médias étaient présents, dont France 3 qui a fait un reportage (voir le reportage France 3 du 21 mars 2013).

les salarié-e-s devant l'agence Astek Sud-Est, deux représentants du personnel prennent la parole

Au lieu de recevoir la délégation désignée le 28 mars, au lieu d'écouter enfin les salarié-e-s et d'entamer des négociations, la direction préfère se focaliser sur ce qu'elle qualifie une "injure publique et itérative" à l'encontre du directeur général M Platano.

La section SUD-Astek apporte tout son soutien aux deux représentants du personnel inquiétés par la direction et soutiendra tout nouveau mouvement que les salarié-e-s voudraient lancer pour porter leurs revendications.

Communiqué de la section SUD Astek suite aux deux entretiens préalables (PDF, 1 page, 120 Ko).
Merci aux sympathisant-e-s pour la traduction en anglais (PDF, 1 page, 120 Ko) en temps record :-)

jeudi 23 mai 2013

La direction d'Astek Sud-Est répond enfin...

Menaces de licenciement pour deux représentants du personnel !

Comme nous l'écrivions il y a 15 jours, les salarié-e-s, leurs représentant-e-s et les médias attendaient avec impatience de voir les réactions de la direction à ce mouvement social inédit à Astek Sud-Est.

Avec deux mois de retard, la voici !
Lundi 27 mai prochain, la direction recevra finalement deux représentants du personnel... pour les menacer de licenciement.

Pour nous, il ne fait aucun doute que cette double convocation, juste avant le délai de prescription de deux mois des fautes professionnelles, est intimement liée aux mobilisations des 21 mars, 28 mars et 11 avril dernier.

Nous vous informerons rapidement des griefs reprochés aux deux élus ; en attendant la section SUD-Astek leur apporte tout leur soutien.

Communiqué de la section SUD Astek (PDF, 2 pages, 250 Ko).

jeudi 22 décembre 2011

UTI... ça suffit !

Harcèlement & discrimination syndicale à UTI Group

La section Solidaires Informatique « SUD-Astek » apporte tout son soutien aux employé-e-s de UTI Group dont la direction viole les droits les plus élémentaires. Pression, harcèlement, congés forcés, il ne fait pas bon être en inter-mission !

Nous soutenons tout particulièrement nos camarades syndiqué-e-s et le nouveau RSS qui se sont fait licencier dès l'annonce de la création de la section !

Rassemblement devant le siège d'UTI Group
Rassemblement de soutien à la nouvelle section Solidaires Informatique à UTI Group

Respect du Code du Travail ! Respect du Droit Syndical !
Stop au harcèlement et aux discriminations !